Comment l’inflammation de la vessie apparaît chez les femmes?. Les causes de l’inflammation de la vessie chez les femmes, la base du traitement

Inflammation de la vessie dans la pratique médicale est appelée cystite.

indéfini- lésion inflammatoire de la muqueuse tapissant les parois de la vessie. Cette maladie insidieuse est un vrai fléau d’une femme moderne. Il prive une femme de confiance et la rend dépendante des toilettes.

Les hommes souffrent également de cystite, mais parfois moins souvent: il s’agit de l’appareil génito-urinaire. Une inflammation non traitée de la vessie entraîne des complications graves, c’est pourquoi vous ne pouvez pas ignorer le problème.

Causes de l’inflammation de la vessie

Il existe au moins une douzaine de causes possibles d’inflammation de la vessie chez les femmes.

•  Sous-refroidissement. L’hypothermie elle-même ne peut pas conduire à une cystite. L’essentiel est que, à la suite des effets du froid sur le corps, les forces protectrices de l’immunité chutent. C’est une excellente excuse pour activer l’activité de la microflore pathogène de la vessie, présente chez tous sans exception.

•  Dommages corporels infectieux. Il ne s’agit pas seulement de l’inflammation dans la région pelvienne. La source peut être au loin et venir, comme on dit, là où ils ne s’attendaient pas. Tout foyer d’infection non-aseptisé, y compris les dents cariées, peut causer une cystite.

•    Hypodinamie. Avec une assise prolongée dans les organes pelviens, la stagnation commence. Le résultat est l’inflammation.

•    Rare visite à la salle de toilette. Ceci est particulièrement vrai pour les femmes. L’urètre, l’urètre, dans le sexe plus juste sont courts et larges. Ceci est la passerelle vers l’infection. Avec une miction rare dans la vessie, un environnement idéal pour la multiplication de divers pathogènes est créé.

•  Mauvais régime. La prédominance dans le menu quotidien des graisses animales et le manque de vitamines conduisent à une diminution des systèmes de défense du corps.

•    Troubles métaboliques.

•  Abus d’aliments qui irritent la muqueuse de la vessie.

Diabète

•    Les conditions hormonales de pointe(Ceci inclut les périodes de menstruation, la grossesse, la ménopause).

•  Rapports sexuels non protégés.Les agents causatifs des maladies vénériennes affectent souvent non seulement les organes génitaux, mais aussi l’urètre. Particulièrement souvent c’est une question de gonocoques.

•    Problèmes avec les reins.Sur une voie descendante de l’infection, les reins peuvent s’écouler dans la vessie avec un courant d’urine.

Ce sont les principales causes d’inflammation de la vessie chez les femmes.

Signes d’inflammation de la vessie chez les femmes

La cystite est caractérisée par ses manifestations:

•    Syndrome de douleur.Fait référence aux premiers symptômes de l’inflammation de la vessie chez les femmes. Les deux cystite aiguë et chronique sont accompagnées par la douleur. Dans la phase aiguë, l’intensité du syndrome douloureux est plus élevée. Les patients décrivent leurs sensations inconfortables, comme “faire mal”, “tirer stupide”. La douleur augmente avec la miction, ainsi que immédiatement après.

•    Envie fréquente de commettre une miction.Apparaissent également comme les premiers symptômes de l’inflammation de la vessie chez les femmes. Les désirs sont faux, il n’y a pas d’urine, ou elle suit par goutte. La source du problème réside dans l’inflammation de la muqueuse et son irritation. À l’état normal, l’irritation de la membrane de l’organe se produit en raison de l’accumulation d’urine. La fréquence des faux désirs est jusqu’à 20 fois par jour.

•    PolyurieDans certains cas, une augmentation de la diurèse quotidienne. Le volume normal d’urine sortant en une journée est de 1,5-2 litres. Tout ce qui précède est la polyurie.

•    Impératif envie d’uriner.

•    Hématurie (sang dans les urines). Il n’est pas toujours observé, seulement lorsque la forme hémorragique de la maladie, lorsque les vaisseaux de l’organe sont affectés.

•    Odeur désagréable d’urine. La raison en est la multiplication active des bactéries.

•    La couleur trouble de l’urine.

•    Les symptômes de l’intoxication générale, tels que: maux de tête, hyperthermie (jusqu’à 39 degrés), nausée, vertiges.

Les signes spécifiques d’inflammation de la vessie chez les femmes varient d’un patient à l’autre. La cystite ne peut se faire sentir jusqu’à la dernière. Chez certains patients, la symptomatologie est floue, surtout s’il s’agit d’un processus chronique.

Diagnostic de l’inflammation de la vessie chez les femmes

Le diagnostic commence par une visite au cabinet du médecin. Le traitement de la cystite est fait par des urologues. Si les reins sont impliqués dans le processus pathologique, on ne peut pas se passer de consulter un néphrologue (à ne pas confondre avec un neurologue).

Tout d’abord, le médecin pose au patient des questions sur son état, puis effectue une palpation (examen physique). Cela suffit pour faire un diagnostic primaire, car les symptômes sont caractéristiques. Afin d’exclure les maladies plus graves, telles que le cancer de la vessie et de confirmer la cystite, le médecin nomme un certain nombre d’études instrumentales et de laboratoire.

    La recherche instrumentale comprend:

• Examen échographique avec agent de contraste. Permet de révéler les changements structurels dans l’organe.

• Diagnostic MRT / CT. Nommé avec des soupçons d’oncologie.

• Cystoscopie. Il consiste en l’introduction d’un endoscope dans l’urètre et une évaluation visuelle de l’état de l’organe de l’intérieur.

Recherche en laboratoirepeut identifier le processus inflammatoire. Dans l’analyse générale de la protéine urinaire, on trouvera des leucocytes, éventuellement du sang (avec hématurie),. L’analyse générale du sang donne également une image de l’inflammation: la concentration des leucocytes, des monocytes et de l’ESR est augmentée.

Dans le cas de l’origine infectieuse de la maladie, l’urine est également apportée aux cultures.

Heureusement, les pathologies malignes des organes pelviens ne sont pas si communes. Mais les personnes de plus de 40 ans doivent être sur leurs gardes.

Traitement de l’inflammation de la vessie chez les femmes

Le traitement de l’inflammation de la vessie chez les femmes est une procédure délicate. En aucun cas un seul médicament ne doit être administré. Ceci est un chemin direct vers le processus. Pour le traitement des médicaments sont prescrits:

•    Anti-inflammatoire.Pour enlever l’inflammation.

•    Diurétiques(diurétiques), sont prescrits pour que l’urine ne stagne pas.

•    Médicaments antibactériensd’origine infectieuse. Il est important de ne prescrire que les antibiotiques auxquels la flore pathogène n’a pas développé de résistance.

Dans un complexe de mesures thérapeutiques et prophylactiques contre la cystite, des remèdes naturels à base de composants végétaux tels que l’extrait de feuilles de busserole, de prêle et de canneberge sont souvent utilisés.

Par exemple, les compléments alimentaires à l’alimentation “UROPROFIT®”, dont les composants ont un effet antimicrobien, anti-inflammatoire et antispasmodique. *
Le complexe de substances biologiquement actives qui composent les compléments alimentaires “UROPROFIT®” favorise la normalisation de la miction, améliore l’état fonctionnel des reins et des voies urinaires et réduit le risque d’exacerbations répétées de la cystite chronique. *

Les complications de l’inflammation de la vessie chez les femmes

La question se pose: pourquoi devrais-je aller chez le médecin? N’y a-t-il rien que vous puissiez faire vous-même?. En effet, dans le cas de la cystite n’est pas recommandé de serrer avec Ray. Le traitement de l’inflammation de la vessie chez les femmes devrait commencer immédiatement, sinon le risque de développer de terribles complications est élevé:

• Pyélonéphrite. Il est impliqué dans l’inflammation des structures rénales. Si la cystite existe depuis longtemps, à partir de la vessie, la microflore pathogène se déplace le long de la voie ascendante vers les reins.

• La cicatrisation des parois de la vessie. Se produit le plus souvent. Cela conduit à l’impossibilité pour le corps de s’étirer normalement. En conséquence, les ruptures de la vessie sont possibles.

• Retour d’urine à l’uretère dans les reins. Une complication sérieuse, presque cent pour cent menant à des problèmes avec les reins.

• Inflammation purulente de la vessie. Rencontrer dans la pratique des médecins n’est pas si souvent. Cette condition grave nécessite des soins chirurgicaux immédiats.

• Oncologie de la vessie. C’est le résultat d’un cours chronique à long terme.

Prévention de l’inflammation de la vessie chez les femmes

Les méthodes spécifiques de prévention comprennent:

• Porter des sous-vêtements amples. Les sous-vêtements serrés et serrés entraînent une compression des organes génitaux et des vaisseaux qui les alimentent. En conséquence, la nutrition normale de la vessie s’aggrave, en plus de sous-vêtements denses, il est difficile d’observer l’hygiène.

• Accès régulier (tous les 2-3 heures) aux toilettes. L’urine ne devrait pas stagner.

• Jeter les produits contenant des substances irritantes pour la vessie. Oignons, ail, tomates, etc.

En outre:

• Ne pas trop refroidir.

• Il est recommandé d’effectuer uniquement des actes sexuels protégés et de ne pas mener une vie sexuelle désordonnée.

Adhérant à ces règles pour la prévention de l’inflammation de la vessie chez les femmes, une réduction sérieuse du risque de tomber malade est possible.

Cystite – une maladie qui ne passe pas sans laisser de trace. C’est un problème difficile, mais souvent calme, qu’une femme préfère traiter avec elle-même.. C’est une erreur grave.

Un traitement efficace de la cystite n’est possible que dans la période initiale, puis, lorsque la pathologie est chronique – vous pouvez seulement arrêter les symptômes avec des exacerbations. Il est important à temps de voir un médecin, et encore mieux de ne pas permettre la maladie elle-même.

* Instructions pour l’utilisation des compléments alimentaires UROPROFIT®