Pourquoi il y a endométriose de l’utérus – causes, facteurs, les premiers symptômes. Caractéristiques du diagnostic et du traitement de l’endométriose de l’utérus

Toutes les maladies des organes génitaux féminins sont dangereuses pour la santé, peuvent conduire à l’infertilité. Une attention particulière doit être accordée à l’endométriose, car les symptômes sont souvent non spécifiques, peuvent masquer d’autres pathologies.

Avec un flux latent, les signes d’endométriose de l’utérus sont complètement absents. Par conséquent, un examen préventif régulier par un gynécologue est le meilleur moyen de prévenir la maladie.

L’endométriose de l’utérus est le problème

Tous les organes creux ont une couche interne, dans l’utérus on l’appelle un odomètre. Ces cellules sont spécifiques. Leur principale caractéristique est la capacité de cycle sous l’influence des hormones sexuelles. En conséquence, la couche interne est rejetée, la menstruation commence.

L’endomètre dans un corps sain ne se trouve que dans l’utérus. Si ces cellules spécifiques sont trouvées à l’extérieur, nous pouvons parler en toute sécurité de l’endométriose.

Quel que soit l’emplacement, que ce soit le péritoine ou la vessie, les cellules sont exposées aux hormones sexuelles tous les mois. Le rejet s’accompagne de la microcirculation, qui conduit à une réaction inflammatoire, dans la suite – à la formation d’adhérences, de cicatrices. Par conséquent, le premier symptôme de l’endométriose de l’utérus est la douleur.

Les cellules de la couche interne de l’utérus peuvent se développer dans presque n’importe quel organe, par conséquent, les types d’endométriose suivants sont distingués:

• Génital (la prolifération est détectée dans d’autres organes du système reproducteur).

1. Interne – les changements ne vont pas au-delà de l’utérus, l’endomètre se trouve dans la couche musculaire ou séreuse.

2. Externe – les ovaires, les tubes, le vagin, l’appareil ligamentaire sont touchés.

• Extragénital (les cellules endométriales se trouvent dans la vessie, les reins, les intestins, les poumons, c’est-à-dire en dehors de l’appareil reproducteur).

Causes de l’endométriose de l’utérus

À ce jour, les scientifiques n’ont pas été en mesure d’identifier un mécanisme spécifique, ce qui conduit à l’apparition de cellules utérines dans d’autres organes. Mais il existe un certain nombre de facteurs prédisposants qui, ensemble, peuvent entraîner l’apparition de la maladie.

• hérédité. Si l’un des parents souffrait d’endométriose, la femme tombe immédiatement dans le groupe à risque. La probabilité de développer la maladie est augmentée 4-5 fois.

• Opérations sur les organes génitaux. Au cours des interventions chirurgicales (curetage diagnostique de l’utérus, césarienne, mise en place de spirales, avortements), la couche interne de l’utérus est endommagée. Cellules de l’endomètre avec flux sanguin peuvent être transmises à travers le corps, suivie par la croissance dans un autre organe.

• reflux du sang menstruel. Le phénomène de la menstruation rétrograde a longtemps été décrit et bien étudié. Une petite quantité de sang avec les cellules endométriales à travers les trompes de Fallope pénètre dans la cavité abdominale. Ce phénomène est observé chez presque toutes les femmes. Mais en présence d’une prédisposition génétique, des troubles du système immunitaire, l’endomètre peut se développer dans un lieu atypique.

• Les troubles hormonaux – l’une des causes de l’endométriose de l’utérus. Sous l’influence de fortes doses d’œstrogènes, il existe un risque de dégénérescence cellulaire. Dans la littérature médicale, des cas sont décrits où, chez les hommes, des cellules endométriales ont été trouvées par les œstrogènes contre le traitement du cancer de la prostate.

• L’immunité est un lien important dans le développement de la maladie. Violation de la réponse immunitaire, les facteurs de défense cellulaire en combinaison avec d’autres facteurs conduit à l’apparition de la pathologie.

• Troubles génétiques du développement, différenciation des organes. Système sexuel, excréteur, péritoine ont une origine commune. Dans le processus de développement, des mutations et des erreurs génétiques peuvent survenir, à la suite desquelles les cellules de la couche interne de l’utérus se trouvent dans d’autres organes.

Il n’y a pas de cause unique de l’endométriose de l’utérus. Ce processus pathologique se développe sous l’influence d’une combinaison de facteurs. Par conséquent, le traitement doit être complet.

Les premiers symptômes de l’endométose de l’utérus

Dans la plupart des cas, la maladie a une image clinique caractéristique, mais parfois elle se développe asymptomatiquement, ce qui complique le diagnostic et le traitement de l’endométriose de l’utérus.

• La douleur survient plusieurs jours avant la menstruation, atteint un maximum pendant la période de décharge utérine, diminue progressivement. Parfois, la douleur est si forte qu’elle conduit à la nausée, perte de conscience. Leur localisation la plus fréquente est la partie inférieure de l’abdomen.

• Si la douleur survient pendant la défécation, il est possible d’endommager le rectum, avec la miction – le système excréteur, dans la région péripodale – l’intestin.

Faites attention!Si la douleur augmente pendant les rapports sexuels, la lésion est probablement située dans l’espace antérieur.

• Les troubles du cycle – un signe important de l’endométriose de l’utérus. Les allocations sont abondantes, durent environ une semaine, le saignement utérin est possible. La durée du cycle menstruel est réduite à 25-28 jours.

• L’infertilité est la principale plainte de la plupart des femmes. Ceci est facilité par un processus inflammatoire chronique dans les ovaires, les tubes, qui se termine par la formation d’adhérences. Les violations des systèmes immunitaire et hormonal ne font qu’aggraver la situation.

L’endométriose est l’une des principales causes de l’infertilité, cédant la place à des maladies inflammatoires de l’appareil reproducteur.

• L’un des premiers symptômes de l’endométriose est la présence de sang dans les fèces, l’urine, les larmes. Ces signes sont inconstants, sont rares lorsqu’ils sont affectés par les organes concernés (intestins, vessie, yeux).

Le diagnostic de l’endométriose de l’utérus

Après l’apparition des plaintes mentionnées ci-dessus, une consultation d’un médecin est nécessaire.

Il est difficile à diagnostiquer, car il n’est pas toujours possible de détecter un foyer de lésion. Pour cela, des méthodes de diagnostic supplémentaires sont utilisées.

Compte tenu des plaintes du patient, le médecin détermine quel organe ou système est le plus susceptible d’être affecté.

• L’examen gynécologique vous permet d’évaluer l’état du vagin, du col de l’utérus et des organes génitaux externes.

• Il est nécessaire de faire non seulement l’échographie du petit bassin, mais aussi les organes de la cavité abdominale, afin d’exclure les dommages extragénitaux.

• Кольпоскопия. Si les foyers de l’endométriose sont situés dans le vagin ou sur le col de l’utérus, au cours de l’étude se trouvent des «yeux» cyanosés – de petites zones de couleur sombre.

• L’hystéroscopie vous permet d’examiner la cavité utérine.

• Lorsque les symptômes indiquent une lésion du rectum, de la vessie, l’organe approprié est examiné.

• Laparoscopie – la dernière étape du diagnostic. Cette technique chirurgicale est également utilisée pour traiter l’endométriose de l’utérus. Au premier stade, de petites incisions sont pratiquées sur la peau de la paroi abdominale antérieure. En utilisant un dispositif spécial, les organes abdominaux sont examinés. Lors de la détection des zones suspectes, une biopsie (un morceau de tissu à examiner) est prise, les tissus affectés sont retirés.

Les principales méthodes de traitement de l’endométriose de l’utérus

Le traitement de l’edométriose est un processus complexe qui prend beaucoup de temps et ne garantit pas un rétablissement complet. Dans la plupart des cas, à la fois un traitement médical et chirurgical. Le choix de la tactique de référence dépend de plusieurs facteurs:

• L’âge du patient.

• Présence d’enfants et désir de les avoir dans le futur.

• Emplacements des sites d’endométriose, leur taille, leur quantité.

• Durée de la maladie.

• La gravité des symptômes, la présence de complications.

Traitement médicamenteux de l’endométriose de l’utérus

L’efficacité du traitement conservateur de l’endométriose utérine est faible, en particulier dans les cas graves.

Plus souvent c’est la partie préparatoire avant intervention chirurgicale.

Si la maladie est détectée au stade initial, les changements dans les organes internes sont minimes, avec l’aide de médicaments, il est possible de parvenir à la récupération.

Dans la pratique médicale, les préparations de progestérone, la gonadolibérine, les contraceptifs oraux combinés. Pour réduire la douleur, les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont indiqués.

Le traitement chirurgical de l’endométriose de l’utérus

La tâche principale de l’intervention chirurgicale est de préserver autant que possible les tissus sains, la fonction de procréation. Pendant l’opération, les zones touchées sont excisées. Dans les formes sévères, le chirurgien décide d’enlever l’utérus avec les appendices.

Prévention de l’endométriose de l’utérus

Pour prévenir le développement de la maladie, il est nécessaire de suivre des recommandations simples:

• À temps pour traiter les maladies inflammatoires du système reproducteur.

• Sélectionnez la méthode optimale de contraception, les dispositifs intra-utérins augmentent le risque de maladie.

• Hygiène personnelle.

• Les avortements, le raclage diagnostique contribuent au développement de la maladie. Si possible, évitez ces procédures.

• Après la chirurgie, la laparoscopie, un traitement avec des contraceptifs oraux est nécessaire.

Il n’y a pas de prévention spécifique de l’endométriose de l’utérus. Dans le pouvoir d’une femme d’adhérer aux règles mentionnées ci-dessus et prophylactique une fois par an pour rendre visite à un gynécologue.