Suisse. Genève – la petite capitale des grandes opportunités

Voulez-vous le croire ou pas, mais le meilleur endroit en Europe pour aller à l’automne est Genève.

Genève est la troisième ville la plus importante de Suisse après Zurich et Bâle. Il se dresse parmi les montagnes à une altitude de 375 mètres. Cette Rome protestante, la terre des gardiens de la paix, des horlogers, des banquiers et des chocolateries. Genève est incroyablement élégant. C’est bien de travailler ici, mais c’est encore mieux de se reposer.

D’autres villes européennes, bien sûr, ne sont pas mauvaises non plus, bien qu’il pleuve souvent à Rome à cette période de l’année, à Berlin c’est déjà cool, et à Paris même en novembre il y a encore des files d’attente. Mais dans un petit vieux Genève, à l’automne, il y a un charme inexplicable. Ce n’est pas une coïncidence si les stars des scènes mondiales, les personnes couronnées et les rois du pétrole restent à Genève pour vivre.

D’un côté, qu’est-ce qui est spécial à ce sujet? Une ville européenne ordinaire, où il n’y a pas de musée comparable au Louvre ou à la galerie de Dresde, ni des maisons d’opéra comme La Scala ou le Grand Opéra. C’est juste un paradis pour les citadins, bien ordonné, confortable et à l’impossibilité d’un petit paradis ordonné.

Bien sûr, comment ne pas l’avoir été, si cette qualité a été soigneusement plantée ici depuis six cents ans, depuis l’époque de la Réforme, et si réussie que le respect de l’ordre, de la rigueur et de la dimension devint la marque de presque toutes les femmes genevoises.
 
Et pourtant, le matin d’automne, rencontré sur un balcon ouvert dans l’un des hôtels de Genève, restera dans votre mémoire pour toujours, comme l’une des plus belles expériences. Les paysages extraordinaires de la Genève éternellement jeune, représentant un mélange étrangement harmonieux de la nature et d’un paysage purement urbain, donneront leur charme. Frappez les formes géométriques pures de l’assombrissement au loin les Alpes. L’air frais et frais de l’automne qui a volé directement du lac Léman va éclater dans les poumons et faire un profond et profond soupir.

Saviez-vous qu’il y a un lac à Genève? Oh, il y en a, et plus encore! Lac Lehmann, le principal diamant de Genève. Un immense miroir bleu, un croissant étincelant tendu au pied des Alpes. De sa partie sud-ouest coule le Rhône, et le long de celui-ci, ainsi que le long du lac lui-même, et la belle Genève. Ses rives et ses hôtels réfléchissent leur reflet dans la surface aquatique, observent les yachts et les bateaux qui naviguent lentement, et les beaux parcs, particulièrement pittoresques en automne, où les feuilles des arbres brûlent dans toutes les nuances du violet à l’or.

Et seule une fontaine géante, en plein milieu du lac, dynamise ce paysage paisible. Le vent, qui change souvent de direction, fait penser à un énorme drapeau flottant et ne gèle pas un instant dans l’immobilité. Des coulées d’eau répandent des éclaboussures, atteignant de temps à autre le rivage. Une longue jetée mène à la fontaine, le long de laquelle, avec un bon vent, on peut atteindre la fontaine sèchement, mais si le vent n’est pas chanceux, même le parapluie sera inutile.

Cette fontaine, malgré son jeune âge, est devenue le symbole principal de Genève et est donc représentée sur toutes les cartes postales, les aimants et autres souvenirs. Puisque les touristes visitent toujours Do Da, les autorités de la ville ont décidé de ne pas tout déconnecter. Eh bien, sauf pendant un tourbillon. Certes, la fontaine est éteinte pour l’hiver, mais à l’automne vous avez une autre occasion de l’admirer. Particulièrement fascine et fascine le Lac Lehman la nuit.

Dans sa surface, maintenant non plus turquoise, mais sombre, presque agate, les publicités luxuriantes sont reflétées, les lumières du Mont Blanc brillent d’un long collier, et Dose Do (la deuxième plus haute fontaine au monde) crée une extravagance de couleurs lorsque ses ruisseaux sont illuminés. Et il semble que la colonne de lumière magique a atteint les cieux, puis s’effondre dans la myriade de minuscules couleurs flamboyantes que Lak Lehman consomme pour les ramener à la vie encore et encore.

Le symbole principal du lac Léman est les cygnes. Pour Genève, c’est la même chose que les hiboux pour Athènes. Les genevois les traitent tendrement et avec crainte et sûrement chaque week-end ils viennent pour nourrir le pain séché spécialement approvisionné. Ce lac a inspiré les gens en tout temps. Choqué par la beauté du lac de montagne, qui ressemble plus à la mer, les artistes Peder Mork Monsted, Ferdinand Hodler l’a capturé sur leurs toiles. Et, semble-t-il, en regardant leur travail, vous ressentez toujours une odeur légèrement amère de feuillage vicié, l’arôme du café et des châtaignes grillées.

Oui, Genève, peut-être, quelqu’un semblera simple, mais on ne peut nier qu’elle est adorable, magnifiquement belle. Ses rues, ponts, maisons et places sont tout simplement extraordinaires, et le quai peut être donné le titre de plus pittoresque d’Europe.. De nombreux jardins de fleurs, des parcs et des parcs avec des arbres luxueux bien entretenus sont bons à tout moment de l’année, mais à l’automne, ils sont tout simplement beaux. Vous ne verrez probablement pas des couleurs aussi incroyables dans une ville du monde.

En marchant autour de Genève, vous pouvez vous rendre au Palais des Nations, entouré d’un parc ouvert uniquement aux visiteurs, pour voir les bâtiments de l’Organisation Mondiale du Commerce, la Croix Rouge Internationale, l’Organisation Mondiale de la Santé et bien d’autres. Et vous pouvez passer du temps dans la vieille ville, et à travers les rues étroites, vous pouvez accéder à la basilique Saint-Pierre – l’attraction culturelle principale de Genève. Il a commencé à être construit à l’époque gothique, au 12ème siècle, et était déjà terminé à l’époque de la Réforme, ce qui a laissé une empreinte significative sur son apparence. Cependant, la vue depuis les tours ouvre le plus magnifique, car il vaut la peine de franchir 157 marches d’un escalier en colimaçon gênant.

Une autre valeur culturelle incontestable des habitants de Genève considère l’église orthodoxe russe construite par les Russes au 19ème siècle. L’argent lui a été donné par la Grande-Duchesse Anna Feodorovna. Cette église est appelée un chef-d’œuvre architectural, elle est en effet très belle – une petite, confortable, entourée de gracieux bouleaux dorés. Les Genevois aiment beaucoup cette église et conseillent toujours aux touristes de la voir.

Très probablement, ils l’aiment parce qu’il est très différent des temples locaux, soutenus dans l’esprit de l’ascèse réformiste sévère. Construit dans le style byzantin, avec des dômes élégants, il ressemble à un cercueil complexe, frappant par sa luminosité et sa gaieté. Quoi qu’ils disent, les différences mutuelles attirent toujours.

Peut-être pour la même raison que j’aime Genève.